La location-entretien, une solution sereine

Initial, des solutions clés en main pour vos vêtements et linge professionnels et l’hygiène dans vos locaux.
Libérés des contraintes logistiques, vous pouvez vous consacrer pleinement et en toute sérénité à votre activité.

Accueil

Etude Etsa lavage des mains

01/10/2014

Lavage + séchage, il n’y a que ça d’efficace !

Initial s’intéresse à une étude mandatée par l’ETSA(1) qui démontre scientifiquement que pour éliminer les contaminations, s’essuyer les mains est tout aussi important que de se les laver ! Et il y a essuyage et… essuyage. Décryptage des différents modes de séchage et recommandations.

Etude Etsa lavage des mains

La réalité quotidienne fait rougir : seulement 5% des personnes se rendant aux toilettes se lavent suffisamment longtemps les mains pour détruire les germes infectieux et 33% n’utilisent pas de savon. Par ailleurs, on sait que le risque de transmission des bactéries est plus élevé sur peau humide que sur peau sèche. Ainsi, une fois les mains lavées ou même simplement rincées, l’action de séchage réduit considérablement le risque de contamination : des mains sèches sont des mains saines !
Initial déchiffre pour vous les résultats d’une étude de l’Institut Hjelt d’hygiène et de microbiologie de l’université d’Helsinki, commandée en 2013 par l’ETSA (European Textile Services Association). Cette étude s’appuie sur la norme européenne NF EN 1499 relative au lavage hygiénique des mains pour comparer quatre méthodes de séchage : essuie-mains textiles, essuie-mains papier, sèche-mains à air pulsé et sèche-mains à air chaud. 

Se frotter les mains pour un séchage efficace

Dans l’étude commandée par l’ETSA, le calcul de réduction des bactéries est sans appel entre les quatre méthodes de séchage : grâce à l’action mécanique de frottement des mains avec le textile, l’essuie-mains coton s’avère l’une des méthodes de séchage qui élimine le plus de bactéries, bien au-delà des exigences de la norme requise, alors que le séchage à air, qu’il soit pulsé ou chaud, est en deçà de cette norme. 

Attention à la contamination des surfaces et de l’air

Les points de contact de chaque sèche-mains ont fait l’objet de prélèvements : le sèche-mains à air pulsé présente une contamination importante, particulièrement sur la partie inférieure qui contient une forte concentration de bactéries e.coli, alors que leur présence sur la surface des distributeurs d’essuie-mains textiles est moindre. De même, l’étude relève que l’air environnant des sanitaires est largement contaminé suite à l’utilisation du sèche-mains à air pulsé, car les microbes se trouvent dispersés par le courant d’air. En revanche, on note une quasi absence de bactéries autour d’un distributeur d’essuie-mains textile.

(1) "Étude comparative de quatre méthodes de séchage : essuie-mains textiles, essuie-mains papier, sèche-mains à air chaud, sèche-mains à air pulsé", mandatée par the European Textile Services Association (ETSA), 2013

Contactez-nous

  • 0821 20 00 45
  • Appelez aujourd'hui